Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 22:29

 

Pour celles et ceux qui se posent des questions au sujet de l'année qui débute, je voudrais préciser comment j'envisage 2011.


En ce qui concerne l'engagement qui nous occupe ici, je pense que l'année 2011 pourrait marquer une date déterminante. Le débat autour de notre alimentation et de la sensibilité à la souffrance animale - qui commence à se faire jour dans les médias - devrait en effet atteindre le grand public. Je m'attends à ce que, dans un premier temps, l'opinion publique soit plutôt favorable au végétarisme, avec une grande effervescence dans la presse soulevant les différentes facettes de cette problématique.


Mais de grands intérêts financiers sont en jeu, et, lorsque les gens prendront conscience des enjeux économiques et des remises en question qu'implique le changement de nos pratiques alimentaires à grande échelle, un revirement pourrait intervenir dans l'opinion publique, celle-ci écoutant alors plutôt les sirènes du lobby de la viande que son intuition profonde. Dès lors, le peuple, se cramponnant à ses vieilles habitudes, se cherchera des boucs émissaires, pour justifier les perturbations survenues dans son univers quotidien. Et c'est alors que ceux qui ont résolu de sacrifier leur vie à éveiller les consciences seront traînés dans la boue.

Voilà la tonalité de l'année 2011 telle que je la perçois à présent.

 

Cependant, ce revirement devrait être temporaire. Un processus inexorable ayant été enclenché, la survie de l'alimentation carnée ne sera que provisoire. Malgré tout, il faudra du temps à la majorité des gens pour changer d'habitudes alimentaires, de l'ordre de plusieurs dizaines d'années. Des évènements d'ordre sanitaire, écologique ou climatique pourront du reste précipiter l'adoption par la majorité d'un régime alimentaire non carné.



Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 15:50

 

Que diriez-vous si, tout en faisant l'apologie du régime végétarien, je mangeais de la viande et du foie gras en cachette ? Vous penseriez que je suis un hypocrite et vous auriez raison.

 

Eh bien, il semble que  l'amaigrissement constituant un marché juteux, certains prédateurs aient envahi ce créneau dans le but d'alléger votre porte-monnaie.

Je songe en particulier à un spécialiste de la nutrition ; on ne voit que lui à la télé. Lors d'une récente émission-débat sur France 5, il n'a pas hésité à apparaître dans un micro-reportage, attablé dans un restaurant traditionnel. Et là, croyez-vous qu'il montrait l'exemple en goûtant un plat maigre de légumes du terroir ? Pas du tout, il commençait par un apéritif accompagné de tranches de saucisson en amuse-gueule, suivi d'une saucisse de Morteaux, puis d'un plat de crêtes de coq en sauce. Ah oui ! J'oubliais encore le plateau de fromages... En somme, il avait sa dose de graisses saturées et de cholestérol pour la semaine. Pour se dédouaner, il prétendait qu'il ne dînerait pas le soir. Ça, n'importe qui sait le faire, il n'y a pas besoin de se prétendre nutritionniste pour cela. Et ce sont les services de ce Monsieur, qui inondent de spams la boîte mail d'un de mes proches pour l'aider à perdre quelques kilos !

Ne vous laissez plus avoir par ces gens là.

 


Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 18:27

Mis à jour le 24 janvier 2015

 

C'est encore timide, mais on note en France une légère évolution vers une cuisine végétarienne gastronomique, en dehors des grands restaurants indiens, qui ont toujours proposé ce type de plat.


On avait déjà Alain Passard et son restaurant 3 étoiles L'Arpège , à 400€ quand même le dîner ... sans les vins, et ne comptez pas venir au dernier moment, c'est complet plusieurs semaines à l'avance.

Attention, L'Arpège  n'est pas un restaurant végétarien, puisque l'établissement propose toujours volailles, gibier, poisson et homard. Mais Alain Passard a mis le monde gastronomique en émoi en retirant les viandes rouges de sa carte en 2001. Depuis, il a fait des émules - y compris à l'étranger - et il est reconnu aujourd'hui comme le grand rénovateur de la tradition gastronomique, axant celle-ci sur les légumes. Ceux-ci ne sont plus considérés comme de simples accompagnements, mais occupent la place centrale du plat, et avec quel raffinement ! Certes, la cuisine d'Alain Passard n'est pas à la portée de toutes les bourses, mais elle sert de phare à une évolution vers une cuisine du terroir plus authentique et privilégiant les variétés anciennes de fruits et légumes.


Notons au passage l'incohérence de la loi française, qui interdit la commercialisation des semences de ces mêmes légumes, qui ne sont pas inscrits au catalogue officiel. Cela ressemble à une loi sur mesure pour protéger les intérêts des semenciers, qui veulent s'emparer du monopole en standardisant notre alimentation, tout ce dont le consommateur ne veut plus. Alain Passard a contourné la difficulté en produisant lui-même ses légumes dans trois potagers, ayant chacun un sol adapté aux plantes qui y poussent. Sans bouleverser les habitudes de la clientèle, la cuisine d'Alain Passard marque cependant un pas décisif vers le monde végétal.


À sa suite, Michel Roth propose désormais une carte assortie de nombreux plats végétariens à L'Espadon , son restaurant 2 étoiles de l'Hôtel Ritz. On ne va quand même pas se priver d'une clientèle internationale fortunée qui refuse la viande !


De même Alain Ducasse a décidé de supprimer la viande du menu de son restaurant du Plaza Athénée en septembre 2014, ne conservant que le poisson, les céréales et les légumes, ces derniers de préférence bio et produits localement.

 

Dans l'éditorial de ALTERNATIVE SANTE, sa newsletter du 23 mai 2013, Alexandre Imbert évoque l'attrait de l'un des plus grands chefs français pour la cuisine végétarienne. Nous le citons :


Qui ne connaît pas en France, Joël Robuchon ? Ce chef multi-étoilé est sans doute un piètre animateur de télévision (Bon appétit bien sûr), mais c'est surtout un génie de la cuisine.

J'apprends dans le Figaro que Joël Robuchon prend une nouvelle direction : la cuisine végétarienne. Il explique ainsi : "C'est maintenant que se jouent les dix prochaines années. Elles s'appuieront sur la santé, et en cela, la cuisine végétarienne sera l'un des axes de cette évolution. Je veux être là."

Joël Robuchon végétarien ? Non c'est un peu exagéré, mais le chef sent quand même le vent tourner. Dans ses restaurants, la demande insistante pour une cuisine végétarienne provient d'une clientèle aisée et internationale, sans doute un peu snob. Il voudrait leur faire plaisir, c'est légitime. Mais, il sait aussi que, partout dans le monde, la liste des produits à éviter s'allonge chaque jour. Aux États-Unis, pas de lapin, ni de poisson entier avec la tête. Ailleurs, c'est le foie gras qu'on boycotte. Le thon est interdit, il y a des quotas et réglementations sur la taille des soles, des bars, de la morue, du merlan… également sur la saint-jacques. Les temps changent… la cuisine se soumet.

Le chef a-t-il vu les images insoutenables tournées dans les abattoirs, les centres de gavage ou les élevages de poulets ? Sait-il que des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées il y a quelques jours à Genève pour célébrer la "Veggie pride" ? Pressent-il la nécessité de passer au végétarisme dans un monde qui ne pourra bientôt plus fournir de la viande qu'à un tout petit nombre ? Non, Joël Robuchon ne pense pas à cela. Il n'est pas Vegan, ni militant… il ne pense qu'à la cuisine ou à l'avenir de ses restaurants… et c'est ce qu'il fait de mieux.

On ne lui en demande pas plus, car c'est ainsi qu'il devient le meilleur des ambassadeurs de ce type d'alimentation qui, s'il était adopté, même partiellement, par tous, nous éviterait un nombre incalculable de problèmes de santé.


 

Pour les budgets plus ordinaires, le choix est encore mince dans la capitale, mais même les restaurants chinois commencent à se mettre à la cuisine végétarienne.

On trouvera sur le site américain Happy Cow link une cinquantaine de restaurants végétariens à Paris. 

Voir aussi Trip Advisor link, une valeur sûre, avec l'avis de nombreux clients.

Mais il faut bien admettre que certains restaurants végétariens de la capitale ne sont pas à la hauteur, et que l'offre est encore chère et réduite, dans son ensemble.

 

 

Voir aussi notre article

Choisir un restaurant végétarien à Paris

 

 


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 20:16

 

Peut-on envisager une fête sans huîtres ni foie gras ?


Les huîtres sont décimées par la maladie, et dans quelques années, leur présence à une table festive pourrait ne même plus se poser. Le prix de leur rareté en fera bientôt un met de luxe, seulement à la portée des plus fortunés.

 

Quant aux canards, gavés pour leur foie hypertrophié, croit-on qu'ils subissent avec plaisir l'enfermement dans des cages étroites et la bouillie brûlante qu'on leur injecte en quelques secondes dans la panse ? Avec pour résultat de comprimer les poumons, rendant la respiration difficile et provoquant un taux de mortalité 6 à 20 fois supérieur à la normale, selon les sources. La filière avicole prétend que les canards se gavent naturellement avant d'entamer leur migration. C'est vrai que l'animal est glouton, mais il dépense aussitôt après ses calories en s'ébattant dans l'eau et en agitant ses ailes vigoureusement. Les canards gavés seraient bien incapables d'accomplir ces exercices, immobilisés dans leur cage exiguë, dans laquelle ils n'ont d'autre alternative que souffrir, pour finir par mourir malades, pour le seul plaisir gustatif d'humains n'ayant aucune considération pour leur bien-être.

 

La France, soi-disant pays de la liberté et des droits de l'homme, ne respecte pas les droits élémentaires de l'animal, qui est traité là plus durement qu'ailleurs. Pensez-vous réellement que votre plaisir mérite le sacrifice involontaire de millions de canards ?

Avec près de 36 millions de canards gras abattus en 2008, la France est actuellement le premier producteur mondial et le premier consommateur mondial de foie gras. Alors que ce produit, fruit de la barbarie humaine, est interdit dans de nombreux pays, ainsi qu'en Californie, la France persiste à protéger cette activité au mépris des lois européennes. Puisque le code rural français protège le gavage des canards et des oies, au titre de notre patrimoine culturel et gastronomique, c'est au consommateur de refuser de se rendre complice de ces mauvais traitements infligés au peuple avicole.

 

Par ailleurs, il ne faut pas croire que l'on pourra rester en bonne santé en mangeant un tel aliment. En effet, le foie gras est bourré de cholestérol (380 mg/100g), surpassé seulement par le ris de veau, les rognons et la cervelle. Donc cet aliment de mort alimente les troubles cardio-vasculaires chez des occidentaux au taux de cholestérol déjà trop élevé.

 

Persisterez-vous à manger du foie gras pour les fêtes ou à tout autre occasion ?

 

SNV82525-1 webimpression sur cabas faite pour l'association de défense des animaux L214

 

www.stopgavage.com


 

Alors par quoi allez-vous remplacer le foie gras, les huitres et autres plats traditionnels de fin d'année ? Certes, il existe des succédanés végétaux de foie gras, mais les avis sont divergents sur ces imitations. Du reste, pourquoi vouloir absolument se rapprocher du goût d'un aliment cause de souffrance ? Pourquoi ne pas opter pour un menu carrément différent ? Deux options se présentent, celle du repas ou le lunch.

 

Dans le cadre d'un repas, le sarrasin (kasha) aux champignons grillés paraîtra sans doute trop rustique à la plupart. Un aliment de moujik en somme ! Pourtant, ce plat sain et équilibré était l'un des préférés de Tolstoï. Pourquoi croyez-vous qu'une épidémie de gastro-entérite sévit chaque année à l'époque des fêtes ? En mangeant des aliments contre-nature, les gens affaiblissent leurs défenses immunitaires. Quel plaisir y a-t-il à se rendre malade ? Le temps n'est plus aux réveillons pantagruéliques à s'en faire éclater la panse. Du riz sauvage aux shii-takés accompagné d'une purée de potimarron devrait convenir à la plupart des convives.

 

Si l'on préfère l'option lunch, des canapés de tartare d'algue sur du pain aux châtaignes toasté devraient plaire à l'ensemble des invités. On trouve aussi dans la cuisine libanaise ou grecque d'excellents mézzés végétariens, comme le caviar d'aubergines et l'hoummos (purée de pois chiche). Le guacamole, d'origine mexicaine, relevé à votre goût, fera également de succulents toasts. Par ailleurs, il existe de très bons pâtés végétaux. Voir les recettes sur les blogs de cuisine végétarienne :

 

Recettes végétariennes link

 

Absolutely green link

 

biogourmand link

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 14:03

 

Qu'est-ce qui détermine le goût pour la viande ?

 

La tradition détermine largement l'utilisation de la viande comme aliment. Certains pays ont même fait de la viande la base de leur alimentation. Au départ, dans les sociétés sédentaires, la viande servait surtout à aromatiser des plats de légumes (choux, haricots...), pour finir au fil des générations par en devenir le principal ingrédient. Nos ancêtres étaient en grande partie végétariens par nécessité, la viande étant réservée aux jours de fête.

Depuis, la viande a envahit notre univers, et c'est comme une odeur de mort qui plane sur notre société. On prétend que l'homme a toujours mangé de la viande. Le fait qu'une coutume existe de longue date ne la justifie pas pour autant. Leur ancienneté ne valide pas les pratiques de l'excision en Afrique ou du mariage des enfants en Inde. Mais l'explication de nos comportements alimentaires n'est pas à rechercher en dehors de nous-mêmes.

 

Si l'on accepte de regarder la réalité en face sans passion, on s'aperçoit que les motifs habituels justifiant la consommation de viande sont fallacieux. Ainsi que je l'ai montré dans le livre Être végétarien, le bon choix ?, contrairement à ce qui est prétendu, la viande ne rend pas plus fort, mais plus agressif. D'ailleurs, la consommation de viande est fortement encouragée à l'armée. Manger de la viande ne serait-il pas une manière d'assouvir ses instincts sadiques ? Le sourire sardonique d'un jeune, en pantalon de treillis parachutiste, qui me parlait de son plaisir à manger de la viande semble le montrer.

 

Les techniques d'élevage d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec celles d'il y a un siècle. Et malgré les apparentes mesures d'hygiène, les animaux sont maintenus dans d'effroyables conditions, leur sort étant souvent pire que par le passé. En fait, toute l'industrie moderne de la viande s'appuie sur des actes de torture envers les animaux, depuis la conception par insémination artificielle jusqu'à l'abattage, en passant par le marquage, le parcage, l'alimentation et le transport. En mangeant de la viande, on permet à ces pratiques de perdurer.

 

Dans le monde occidental, ceux qui ont choisi d'être végétariens le sont généralement pour des raisons de santé, et depuis peu pour des motifs écologiques, l'environnement étant devenu à la mode. Combien se soucient du bien-être des animaux ? Invoquer la préservation animale, c'est presque briser un tabou, comme s'il était entendu que les animaux sont à notre disposition pour que nous puissions utiliser leur chair afin d'assouvir notre plaisir gustatif. Cette conception est tellement répandue que, aller à son encontre paraît suspect au plus grand nombre. Cela aboutit à mettre les gens dans l'embarras en éveillant leur sentiment de culpabilité. À cet égard, la doctrine catholique qui fait de l'homme le dominateur du monde animal tient une grande part de responsabilité dans la situation actuelle. Il n'y a guère que le bouddhisme qui se soit véritablement intéressé au sort de l'animal pour lui-même. Même l'hindouisme et le jaïnisme considèrent la non-violence envers les animaux comme un moyen de préserver sa pureté, la compassion étant souvent absente.

 

L'attraction que l'on peut éprouver pour la viande dérive de la violence qui est en nous. Lorsque cette violence sera vaincue, le goût pour les aliments carnés s'effacera de lui-même. Quand la consommation de viande paraîtra un acte odieux à la majeure partie de l'humanité, alors la Paix pourra revenir sur Terre.

Quelle humanité désirons-nous pour nos enfants ? Un monde de barbarie impitoyable, ou bien un monde gouverné par la compassion ? L'amour véritable que nous devons rechercher n'exclut pas les animaux, les plantes, ni les minéraux. Il inclut tous les êtres vivants.



Partager cet article
Repost0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 08:43

 

Jeanne Augier est la propriétaire du Negresco, le célèbre palace 5 étoiles situé sur la promenade des anglais à Nice. L'établissement vient de rouvrir après une cure de jouvence de 6 mois. Jadis enfant unique, Jeanne eut pour seul compagnon un chien, en lequel elle puisait son réconfort.

Aujourd'hui âgée de 87 ans, veuve et sans enfant, elle milite contre la corrida, finance deux refuges animaliers dans le Gard et en Corse, et le Negresco est l'un des rares palaces où les animaux de compagnie sont les bienvenus.

En avril 2009, elle a mis ce fleuron de son patrimoine à l'abri de la convoitise des investisseurs internationaux en créant une fondation Mesnage Augier Negresco  dédiée à la protection animale, et accessoirement humaine. Elle a donc légué toute sa fortune à cette fondation : le Negresco, ses deux appartements de l'avenue George V à Paris, ses parkings du centre niçois et différents biens immobiliers. Patriote, Madame Augier a aussi voulu éviter que le dernier palace encore français ne tombe aux mains de financiers étrangers. Le Negresco, c'est aussi 260 emplois pour 117 chambres et 24 suites, un restaurant une étoile au Michelin, une brasserie, un bar, 70 boutiques de luxe et différentes commodités.


Mais quand on étudie la carte du Chantecler, le restaurant gastronomique du Negresco, on nage dans les viandes, volailles, poissons et crustacés. On y trouve juste une entrée végétarienne à 38 € : Gnocchi poêlés à l'huile vierge, méridionale de légumes aux copeaux de parmesan Reggiano, Râpée de truffes.  Le Chef, Jean-Denis Rieubland, a de sérieux efforts à faire pour pratiquer une cuisine qui respecte les animaux. C'est vrai que l'on n'apprend pas cela dans les écoles hôtelières, mais proposer quelques plats végétariens permettrait aussi d'attirer une nouvelle clientèle étrangère qui craint justement de venir en France à cause de la pauvreté de notre offre dans ce domaine. Et puis, on a déjà vu un critique gastronomique redouté s'attendrir devant une simple ratatouille ... niçoise, bien entendu !

En ce qui concerne la brasserie La Rotonde, il y a déjà plus de choix en matière de plats végétariens avec la soupe à l'oignon, la tomate-mozzarella de bufflonne, différentes sortes de pâtes et de garnitures, ainsi que quelques pâtisseries.

 

Aimer les animaux, ce n'est pas seulement aimer les chiens et les chats, mais tous les animaux, en commençant par ne pas les manger. Je pense que Tea Time, la chatte de Mme Augier n'y trouverait rien à redire, de même que Lili, son Yorkshire et Lilou, son Shar-Peï. Bien au contraire.

 

Lien vers le site de l'hôtel Negresco  link


Partager cet article
Repost0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 15:06

 

Selon Greenpeace, qui a publié un rapport sur le sujet après 3 ans d'enquête, l'élevage bovin est responsable de 80% de la destruction de la forêt amazonienne. Or le Brésil, qui représente à lui seul 60% de la superficie totale de l'Amazonie, possède le plus grand cheptel bovin au monde. Il s'agit principalement d'élevage extensif de zébus, qui pâturent sur brûlis, le plus souvent après abattage illégal de la forêt primaire. 34% de leur viande est exportée en Europe, où elle est utilisée dans l'industrie agroalimentaire sous forme de steaks, hamburgers et plats préparés. Leur cuir est largement employé dans la maroquinerie, les revêtements intérieurs dans l'industrie automobile et dans la fabrication de chaussures de sport.

 

Greenpeace dénonce le double langage du gouvernement brésilien, qui prétend s'attaquer à la déforestation, tout en favorisant les projets qui aggravent le problème aux terribles conséquences : pollution des terres par les pesticides, des cours d'eau par le mercure, forte production de CO2 due aux milliers de parcelles de forêt incendiées, avec comme corollaire le dérèglement climatique... Par ailleurs, l'élevage est souvent lié à de grandes exploitations (> 500 ha) où se pratique l'esclavage.

 

Pour la dignité de l'homme et celle de l'animal, refusons de consommer de la viande, source de cruauté et s'appuyant sur la destruction des écosystèmes.


Déforestation et élevage - PARAPhoto de Ricardo Teles ©, prise en octobre 2008 dans l'état du Para

 

 

Voir aussi la 2ème partie de notre e-book : Gaspillage et pollutions organisés, pages 54 à 71, en cliquant sur le lien suivant.

 

TEXTE Être végétarien, le bon choix.web TEXTE Être végétarien, le bon choix.web


 

Ceci dit, bonne nouvelle, à Cancun fin novembre 2010, le Brésil a annoncé que la déforestation de l'Amazonie brésilienne était passée de 27 000 km² en 2004 à 6500 km² en 2010.

(On se demande comment les chiffres de 2010 peuvent être connus, vu qu'il faut généralement des mois après l'année écoulée pour obtenir les statistiques !)

Du coup, le Brésil a décidé d'avancer l'échéance de 2020 à 2016 pour atteindre l'objectif de 80 % de réduction des gaz à effet de serre.

 

 

À lire sur le même sujet, l'article Brésil : un nouveau code forestier favorisant la déforestation sur le site Univers Nature  (27- 5 - 2011) link

 


 

NOUVEAU (juin 2011) 

Pétition de Avaaz à l'intention de Dilma Rousseff,

présidente du Brésil :

 

A l'attention de la Présidente Dilma Rousseff:

Nous vous appelons à prendre des mesures immédiates pour sauver les précieuses forêts du Brésil en opposant votre veto aux amendements au code forestier. Nous vous demandons également d'empêcher d’autres meurtres de militants écologistes et de travailleurs en durcissant les poursuites à l'encontre des exploitants forestiers illégaux et en renforçant la protection des personnes menacées d’agression ou de mort. Le monde a besoin du Brésil comme leader international sur l’environnement, une action forte de votre part aujourd'hui sauvegardera la planète pour les générations futures.

 

Pour signer la pétition, cliquer sur le lien : link

 

 

 


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 06:24

 

Si l'on nourrit son corps d'aliments morts, comme de la viande ( qui n'est autre que du cadavre d'animal ), on sera irrémédiablement porté vers les turpitudes de l'esprit, les choses malsaines qui avilissent.

 

Si au contraire on se nourrit d'aliments vivants, comme des fruits, des légumes, des graines germées, l'esprit sera attiré vers ce qui apaise l'âme et procure la sérénité.

 

Tout simplement parce que l'on devient ce que l'on mange, qu'il s'agisse de nourritures matérielles ou spirituelles. Et les deux domaines sont étroitement liés.

 

Lire à ce sujet le chapitre " L'évangile oublié ", pages 84 et 85 de notre livre " Être végétarien, le bon choix ? " 

 

Cliquer sur le lien ci-dessous


TEXTE Être végétarien, le bon choix.web TEXTE Être végétarien, le bon choix.web


 


Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 19:25

 

Dans son N° 101, de mai 2010, le magazine Pratiques de Santé consacre un article au rapport 2009 de la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires ( MIVILUDES ). Ce rapport montre clairement du doigt les médecines douces et la naturopathie comme supposées dérives sectaires. On y découvre avec stupeur que le végétarisme et même le jeûne - mode de purification millénaire - sont désignés comme suspects. Il semble que l'on veuille nous faire rentrer dans le rang par la peur et des menaces encore voilées. Du reste, Pratiques de Santé  est l'objet de mesures de rétortion permanentes depuis plusieurs années. Ce magazine est en effet accusé par les autorités de faire l'apologie de méthodes médicales " non conformes ". Entendez par là de critiquer le vaccination et de promouvoir l'usage des médecines douces.


Cela me rappelle les mots très durs du Dr Patrick de Funès (le fils de l'acteur) à l'égard du Conseil de l'Ordre des Médecins rapportés dans son livre Médecin malgré moi, paru en 2008 aux éditions du Cherche Midi. Il précise que le conseil de l'ordre a été créé en 1942, sous le gouvernement de Vichy. Dissous par De Gaulle à la Libération, c'est un ministre communiste qui l'aurait fait renaître un an plus tard. Le Dr de Funès accuse carrément les conseils départementaux d'être " des officines de dénonciation " et le conseil de l'ordre d'être " protecteur des truands et pourfendeur des médecins intègres ".

La même année 1942 fut aussi créé l'ordre des pharmaciens, après la dissolution du diplôme d'herboriste l'année d'avant...

Enfin, 1942 est aussi l'année où le pape Pie XII fonda la Banque du Vatican (IOR pour les intimes) connue pour son opacité et son implication dans plusieurs affaires douteuses. Mr Paul Marcinkus, ça vous dit quelque chose ? La Banque du Vatican est actuellement impliquée par le parquet de Rome dans une affaire de blanchiment d'argent. Et savez-vous à combien est estimé le patrimoine de cette banque ? 5 milliards d'euros. Ca tombe bien, c'est juste ce dont a besoin Kerviel pour boucher le trou de la Société Générale !

Retenez bien cette date de 1942, car c'est la société que l'on cherche à nous imposer.



Ci-joint le fac-similé de l'article de Pratiques de Santé.

 

Chasse aux sorcières dans le domaine de la nutrition 1 web

Chasse aux sorcières dans le domaine de la nutrition 2 web

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 11:55

 

Les gros consommateurs de viande encourent statistiquement plus de risque que les végétariens d'être victime d'un cancer ou d'une crise cardiaque. Ce sujet a été développé dans notre e-livre " Être végétarien, le bon choix ? ", à consulter en PDF sur ce site.


Mais ce que l'on sait moins, c'est que l'activité solaire a aussi une influence importante sur le développement de ces maladies. Des cancérologues américains ont en effet constaté que " le pic d'apparition des mélanomes chez certaines personnes atteintes de cette forme de cancer correspondait d'assez près aux périodes de forte activité solaire ". ( LE MONDE DE L'INCONNU n° 346, octobre-novembre 2010 )

Par ailleurs, dès les années 1950, une corrélation a été établie entre l'effervescence solaire et les infarctus chez les personnes prédisposées. La première étude, menée par les Dr Poumailloux et Wiart et publiée en France en 1959, fut confirmée par plusieurs études soviétiques au cours des années 1970. Les troubles cardiaques majeurs intervenant dans les 48 heures suivant les orages magnétiques.

 

On sait que l'activité solaire suit un rythme de 11 ans, et, selon la NASA, la prochaine période 2012 - 2013 s'annonce marquée par des éruptions particulièrement virulentes. Or celles-ci produisent des nuages de protons générateurs de tempêtes magnétiques qui peuvent être dévastatrices. Si les éruptions sont dirigées vers la Terre, elles peuvent endommager non seulement les organismes vivants, mais nos systèmes de communications, paralyser nos centrales électriques, détruire des satellites... Imaginez un monde sans électricité, ni Internet ou GPS ! Un monde ou plus aucun ordinateur ni véhicule ne fonctionnerait, sauf peut-être les vieux tacots que l'on démarrait à la manivelle. Nous sommes beaucoup trop dépendants de systèmes de production d'énergie centralisés et nos gouvernants, conscients de cette grave menace, ont empêché les systèmes d'énergie libre de se développer pour préserver les intérêts des monopoles.

 

Aux États-Unis, la chaîne de fast-food Heart Attack Grill  propose des hamburgers de 8000 calories, gratuits pour les obèses dépassant les 175 kg, comme un gigantesque pied-de-nez au bon sens et aux règles élémentaires de la diététique. Est-ce que se gaver de viande n'est pas une forme de suicide collectif, pour tous ceux qui refusent d'affronter ce crépuscule de notre civilisation, marqué par les signes avant-coureurs du naufrage de notre système bancaire ? Ainsi, le gavage des corps serait une manière d'anesthésier les esprits pour les empêcher de voir les vrais problèmes. N'est-ce pas une politique de l'autruche que de recourir à des tels expédients ?

 

Être végétarien dés maintenant serait une manière d'exprimer notre désir d'un monde marqué par l'amour et la solidarité universelle, et non par la violence et la loi du plus fort. Autant s'armer tout de suite pour faire face à l'adversité, en commençant par assainir notre alimentation.

Devenir végétarien serait une bonne entrée en matière et un signe fort sur la société que nous souhaitons instaurer.


Partager cet article
Repost0