Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 10:03

Mis à jour le 27/5/2015

 

Dans sa récente Newsletter, un naturopathe supposé expérimenté recommandait l'usage de l'huile essentielle d'Origan (Origanum compactum). Certes, c'est un produit exceptionnel. C'est même l'HE possédant le pouvoir bactéricide le plus puissant de la flore occidentale. Mais c'est aussi une substance délicate à manier, car contenant une forte proportion de carvacrol, un phénol particulièrement toxique pour le foie, corrosif pour la peau et les yeux. Autrement dit, ce genre de produit devrait être réservé à l'usage hospitalier et aux personnes expérimentées en matière d'aromathérapie. D'autant plus qu'il existe d'autres huiles essentielles moins dangereuses à manipuler et plus appropriées pour le grand public comme le Tea Tree, ou le Niaouli et le Saro qui sont d'excellents antiviraux. Recommander l'usage de l'HE d'Origan à des débutants, c'est comme conseiller à une jeune ménagère de détartrer sa cuvette WC avec de l'acide chlorhydrique ou à quelqu'un qui vient d'avoir son permis de rouler en Ferrari. C'est l'accident assuré ! Il en va de même avec d'autres HE riches en thymol, carvacrol et eugénol, comme les HE de Cannelle (surtout celle de Chine), Thym CT thymol, Sarriette et Girofle. Ces produits sont formellement déconseillés aux personnes souffrant d'insuffisance hépatique et une seule goutte suffit à tuer un chat.

 

Prudence aussi avec les huiles essentielles riches en cétones neurotoxiques, comme l'hélichryse italienne, le Romarin CT verbénone ou camphré et même la Menthe poivrée. Cette dernière est du reste très toxique pour les bébés et les enfants en bas âge.

Le problème avec les cétones (thuyone, menthone, verbénone etc), c'est que leur toxicité s'accumule dans le système nerveux au fur et à mesure des applications. L'absinthe d'autrefois - qui rendait les consommateurs fous - en est un exemple. Si la liqueur d'absinthe est à nouveau autorisée, c'est que les variétés de plantes employées ne sont pas toxiques. Les HE à cétones ne doivent jamais être utilisées chez les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants, les personnes épileptiques, ni en usage prolongé. Du reste, les plus dangereuses (thuya, absinthe et sauge officinale) ne sont vendues qu'en pharmacie sur prescription médicale.

 

On rencontre également un grand nombre de produits cosmétiques (eaux de toilette notamment) contenant des essences d'agrumes qui ne doivent pas être appliquées sur les parties de la peau exposées au soleil, sous peine d'effet photosensibilisant. Généralement passagère, cette réaction peut s'avérer très disgracieuse sur le visage. Mais aucun avertissement n'est mentionné sur le flacon.

 

Les huiles essentielles ne doivent du reste jamais être appliquées près de l'œil - même diluées - en cas de sinusite ou d'acné par exemple. Si une goutte venait à couler dans l'œil, la douleur serait insupportable. Si cela venait cependant à se produire, il faudrait immédiatement rincer l'œil avec de l'huile de table ou un coton démaquillant imprégné d'huile en insistant longuement. Les HE ne sont en effet pas solubles dans l'eau, mais seulemenent dans l'huile, l'alcool ou le miel.

Dans une moindre mesure, il en va de même en ce qui concerne l'intérieur du nez et de l'oreille, ainsi que les muqueuses génitale et anale. Les HE irritantes ne doivent pas être utilisées sur ces zones, même diluées.

La Lavande, le Tea-Tree et le Palmarosa sont parmi les rares HE que l'on peut appliquer pures sur la peau (mais pas sur les muqueuses). Pour les autres, il est recommandé de faire un test avec une goutte à l'intérieur du coude. Par exemple, on peut ne pas supporter l'HE de Citronnelle en application contre les moustiques. Et même l'HE d'Eucalyptus globulus, pourtant très répandue, est dangereuse pour le bébé.

Par ailleurs, l'aromathérapie est incompatible avec l'homéopathie.

 

Quant'à la cuisine aux huiles essentielles ( ! ), elle devrait se limiter à des HE relativement inoffensives comme celles de Basilic exotique, Estragon, Fenouil, Cumin, Coriandre, Gingembre, Poivre, Citron, Orange, Mandarine et Lavande vraie. Cependant, sur le principe, les huiles essentielles sont des concentrés de plantes aromatiques qui relèvent de la thérapeutique, de l'équilibre émotionnel, voire de l'élévation de l'âme, et la cuisine est un domaine un peu trop profane pour y être associé sans risque de dérapage.

 

Autre problème, du fait de leur prix exorbitant du à leur faible rendement, certaines HE onéreuses sont souvent falsifiées avec des HE moins coûteuses ou même avec des parfums chimiques de synthèse. C'est le cas notamment des HE de Rose et de Mélisse officinale. Le parfum est alors beaucoup moins subtil et délicat, mais seul un nez exercé saura faire la différence. Il va sans dire que, si l'on utilise de tels produits frelatés, non seulement on n'en retirera pas les bienfaits escomptés, mais cela pourra même provoquer quelques désagréments du genre allergie.

 

Et si vous avez un chat à la maison, il faudra être particulièrement prudent en vous soignant avec des huiles essentielles. La plupart sont toxiques pour le chat, notamment celles contenant des phénols, des cétones et des monoterpènes. Elles détruisent irrémédiablement les cellules hépatiques du chat, qui n'ont pas la capacité de se régénérer comme chez nous. Pour les félins, mieux vaut donc utiliser les eaux florales ou les fleurs de Bach. Pas question d'employer de l'HE de Mandarine en diffuseur pour calmer les gosses ou un mélange d'HE Citron-Sapin de Sibérie en prévention des maladies hivernales.

Si vous utilisez des H.E. pour votre propre usage et que vous craignez une intoxication de votre chat, vous pouvez renforcer sa résistance en mettant une minuscule pinçée de brindilles de spiruline dans ses croquettes chaque jour durant un mois. C'est valable aussi pour les personnes souffrant d'une insuffisance hépatique. Dans ce dernier cas, augmenter progressivement la dose de 1/2 à 2 cuillères à café de spiruline par jour.

Il y a moins de problèmes avec les chiens qui sont plus résistants aux HE. Mais prudence tout de même !

 

En résumé, les huiles essentielles sont des produits très concentrés qui ne doivent pas être utilisés à la légère. Mieux vaut demander conseil avant de se lancer. Il y a quelques années, les pharmaciens les proposaient à la vente sans trop en connaître l'usage. Heureusement, cela est en train d'évoluer. La botanique revient à l'honneur en faculté de pharmacie. Dans tous les cas, le nombre d'accidents dûs aux huiles essentielles et leur gravité sont minimes à côté des effets secondaires de certains médicaments comme le Médiator.

 

Nota : Certes, l'HE d'Origan permet de soigner efficacement la plupart des maladies infectieuses et parasitaires, mais, si elle est toxique pour la membrane externe des bactéries pathogènes, elle l'est aussi pour la peau, le foie et l'estomac. Il est toujours possible de diluer l'HE d'Origan dans de l'huile d'olive pour une administration buccale. Cependant, une dose efficace de 3 ou 4 gouttes par prise nécessiterait l'absorption d'une grande cuillère à soupe d'huile trois fois par jour, ce qui entraînerait un apport calorique important. Il faudra donc préférer les capsules gastro-résistantes, ou encore les suppositoires qui donnent d'excellents résultats en cas de troubles ORL et urinaires. (Encore faut-il trouver une pharmacie qui propose ces produits !). Il en va de même avec les autres HE phénolées : Cannelle, Sarriette, Thym Ct thymol et Girofle.

 

 

 

Livres recommandés sur le sujet :

  • L'aromathérapie de Dominique Baudoux, éd. Amyris, 2008, 256 pages, 26 €.
  • Ma bible des huiles essentielles de Danièle Festy, Leduc.s éd., 2007, 552 pages, 19,90 €.
  • Conseil en aromathérapie, 2ème édition. Ouvrage collectif dirigé par Danielle Roux, éd. Pro-Officina, 2008, 188 pages, 43 € (destiné au corps médical).

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

finesse 09/02/2020 13:06

Bonjour,

J'ai besoin de vos conseils s'il vous plait, j'ai peur de faire une bêtise !

J'ai une chienne de 7 mois qui est infestée par un parasite (giardia) elle a été tarotée à 2 reprises par des antibiotiques mais à chaque arrête du traitement les diarrhées reprennent. Je suis tout le protocole de désinfection mais malheureusement elle doit de réinfester à l'extérieur. J'ai donc pensé à avoir recours aux huiles essentielles. J'ai concocté le mélange suivant :

dans un flacon de 30 ml:
45 gtes HE origan
45 gtes HE cannelle
45 gtes HE giroflier
le tout dans une 15 ml huile d'olive (j'ai rempli le flacon)

J'ai trouvé cette recette sur internet. Elle préconise de donner 8 gtes par jour pendant 3 à 5 jours.
Avant de le donner à ma chienne j'ai voulu gouter pour avoir une idée de la force de ce mélange car je sais que HE origan est difficile à avaler. Je trouve ce mélange encore très fort.
Pensez-vous que je peux mettre 4 gtes dans son bol de croquettes sans risque ?

merci d'avance

Óleo de Melaleuca 02/12/2019 17:47

Os Melhores Produtos para Aromaterapia, Podologia, Cosméticos e Acessórios para Saúde e Bem Estar você entra em nossa Loja Virtual! Acesse nosso site!

Dédé 24/10/2018 19:31

Bonsoir.
Toutes les he sont dangereuses pour les chats ? Je prévoie d'offrir des parfums maison pour Noël ????
Je les ai commandées sur aroma zone du coup je stresse...
Merci d'avance.

Dédé 24/10/2018 20:57

Merci pour votre réponse rapide , je veux fabriquer non pas des parfums a diffuser mais des eaux de parfum cosmétiques mélange d'alcool et d'huile essentielles (environ 10% d'he pour 90 de préparation alcoolique)

ADMINISTRATEUR 24/10/2018 19:42

La plupart sont toxiques pour les félins, mais j'ai moi-même un chat et me soigne par l'aromathérapie depuis des années. Il y a des précautions à prendre : éviter les HE phénolées (cannelle, origan, thym thymol, sarriette, girofle), celles contenant des cétones neurotoxiques et tous les agrumes. Bien aérer la pièce si vous en mettez en diffuseur et attendre avant de laisser votre chat y pénétrer. Voilà dans les grandes lignes.

Bruno 16/10/2018 03:06

Bonjour, à propos des dosages, je vois qu'on discute ici du nombre de gouttes, mais j'ai remarqué que selon les embouts des flacons d'huiles essentielles, selon les marques, la taille des gouttes semble pouvoir varier de façon importante ( à vue de nez, du simple au triple en volume ne m'étonnerait pas ...) personne ne s'inquiète de cela ? De plus certains embouts créent des gouttes contenant une bulle d'air, d'autres sont "filantes" ...

ADMINISTRATEUR 16/10/2018 10:05

Votre remarque est tout à fait juste. Il y a effectivement de grosses variations dans la taille des gouttes. En fait, cela dépend de la fluidité variable de l'HE et certains fabricants incorporent à leurs flacons des compte-gouttes inadaptés faisant des gouttes énormes de façon à vendre plus de produits. C'est une attitude peu déontologique. Idéalement, il faudrait des compte-gouttes standardisés. Dans la pratique, il faut réduire de moitié le nombre de gouttes si elles sont trop grosses et en augmenter légèrement le nombre si elles sont très petites. Mis à part avec les HE phénolées (cannelle, origan, thym au thymol, girofle) et les HE contenant des cétones neurotoxiques (menthe poivrée, sauge off., romarin verbénone), le dosage n'a pas besoin d'être très précis. On rappellera que, sauf exception, les HE sont interdites aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans.

corinne 21/05/2018 08:25

je confirme , j'ai appliqué pur en massage , des HE de clou de girofle sur un abcès dentaire pendant une semaine ; j'ai eu finalement des douleurs atroces au ventre ( intestins je pense ) et vers les reins .

ADMINISTRATEUR 21/05/2018 10:18

L'HE de clou de girofle est parfaitement adaptée pour traiter les aphtes et abcès dentaires, mais en dilution à 2 ou 3% dans une huile végétale, éventuellement associée à de l'HE de menthe (1 ou 2%), notamment en cas de rage de dent. Le mélange doit être appliqué en très faible quantité à l'aide d'un coton tige.